07Nov

La plage de Bargny a été le théâtre d’une mobilisation extraordinaire orchestrée par Teranga Lab lors de son événement, le POWER UP. Organisée en partenariat avec 350Africa.org, ce samedi 4 novembre 2023, cet appel vibrant à l’action a rassemblé des citoyens engagés, des leaders communautaires et des artistes locaux dans une déclaration puissante contre le diktat des énergies fossiles, mettant en lumière la quête urgente de justice climatique en Afrique.

Les discours d’ouverture de Teranga Lab, ont exposé de manière poignante les conséquences locales du changement climatique en soulignant l’urgence d’une transition énergétique. Les appels à l’action ont résonné comme une vague, incitant les participants à s’engager personnellement dans la lutte pour un avenir plus durable.

Mouhamadou Sissoko, membre de Teranga Lab : «  Aujourd’hui, Bargny paye de façon très lourde, la facture du réchauffement climatique. Si la ville se vide à cause du phénomène de l’immigration clandestine, c’est par ce que la pêche, première activité économique de cette ville ne nourrit plus son homme. La hausse des températures en mer, fait fuir vers les profondeurs marins, énormément de poissons que les pirogues artisanales ne peuvent pêcher. Elle est où la promesse du plein emploi que la centrale à charbon devait créer ? Cette industrie archaïque est un danger pour tout le Sénégal, car les industries fossiles, ne favorisent pas un développement inclusif ».

La Puissance du Théâtre pour Porter un Plaidoyer :

L’innovation clé de cette édition du POWER UP résidait dans l’utilisation de l’art comme un vecteur puissant de plaidoyer. Des artistes locaux ont pris la scène pour exécuter une pièce de théâtre captivante, mettant en lumière les réalités des communautés affectées par le changement climatique en Afrique. Chaque mouvement, chaque dialogue, était une déclaration vivante, donnant vie aux récits souvent négligés.

En entrevue, les artistes ont souligné le rôle crucial de l’art dans la lutte pour la justice climatique. « L’art transcende les barrières linguistiques. C’est un cri du cœur qui peut toucher les âmes et éveiller des consciences endormies », explique Khaly Dramé,  artiste comédien, soulignant le pouvoir de l’expression artistique pour amplifier les voix des communautés vulnérables.

Le POWER UP à Bargny a été bien plus qu’un événement d’une journée – il a été une déclaration. Une déclaration contre les énergies fossiles, une déclaration pour la justice climatique en Afrique.

 

La pièce de théâtre a ajouté une couche artistique à cette résistance, faisant du POWER UP à Bargny un moment inoubliable dans la lutte pour un avenir plus vert et plus juste.

30Oct

Power Up : Mobilisation pour un Avenir Durable à Bargny

Chers amis de la planète,

Une urgence planétaire nous appelle à l’action, et notre réponse commence par un rassemblement puissant et significatif. Teranga Lab vous invite à participer à « Power Up », un événement de mobilisation sans précédent, dédié à la sensibilisation contre les énergies fossiles et en faveur de la justice climatique. Préparez-vous à être inspirés, à vous connecter et à faire entendre votre voix pour un avenir plus durable !

Qu’est-ce que Power Up ?

Power Up n’est pas simplement un événement, c’est un mouvement mondial qui fera écho des solutions et alternatives aux énergies fossiles. Organisé par Teranga Lab au Sénégal, cette initiative vise à éduquer, mobiliser et plaider en faveur d’un avenir énergétique plus propre et plus juste. Nous croyons en la puissance collective pour faire face aux défis climatiques qui menacent notre planète.

Quand et où ?

Rendez-vous le 4 novembre à la plage de Bargny Guetch, à partir de 16H pour une journée de plaidoyer, d’éducation et d’action. Bargny, notre lieu de rassemblement, est le théâtre symbolique de notre engagement envers la préservation de l’environnement.

Pourquoi Power Up ?

Les énergies fossiles sont une menace imminente pour notre planète, contribuant de manière significative au changement climatique. Power Up vise à sensibiliser sur les alternatives énergétiques durables, à dénoncer les conséquences des énergies fossiles sur les communautés locales, et à exiger des mesures concrètes pour la justice climatique.

Comment participer ?

Votre implication est cruciale pour le succès de cet événement. Rejoignez-nous le 4 novembre et partagez votre voix, vos idées et votre énergie positive. Ensemble, nous montrerons au monde que la mobilisation citoyenne peut catalyser un changement significatif.

Ce que vous pouvez faire :

Participer activement : Soyez présent à Bargny le 4 novembre pour être une force collective en faveur du changement.

Partager sur les réseaux sociaux : Utilisez les hashtags officiels #PowerUp et #JusticeClimatique pour amplifier notre message et encourager d’autres à se joindre à la cause.

Éduquer et inspirer : Informez-vous sur les alternatives énergétiques durables et partagez ces connaissances avec votre entourage. Ensemble, nous pouvons être des agents de changement.

Ensemble, nous sommes puissants. Ensemble, nous pouvons alimenter le changement. Rejoignez-nous à Power Up et soyez la force qui propulse notre avenir vers la durabilité.

Pour plus d’informations et pour vous inscrire, c’est ici: https://act.350.org/event/global-power-up/25915/

Teranga Lab vous remercie pour votre engagement envers un avenir plus vert et plus juste.

 

https://act.350.org/event/global-power-up/25915/

 

15Sep

L’heure de s’engager !!!

Du 9 au 11 septembre  2023, Teranga Lab a organisé des journées de sensibilisation sur la pollution plastique.

Ces journées  entre dans le cadre d’une activité de vacances appelée « Vac Climat» qui est une université d’été faite pour renforcer l’éducation environnementale.

La première journée a été marquée par une activité de plaidoyer interactive  avec les enfants au champ de diokoul diayenne sur la pollution plastique. Les enfants sont bien sensibilisés  sur les causes, conséquences et les solutions possibles pour réduire le phénomène de la pollution plastique. Cette initiative a réellement été appréciée par tous les acteurs et participants.

Voici quelques images que vous pouvez apprécier.

Pour la deuxième journée un grand nettoyage a été organisé à la plage de Diokoul kaw suivi d’un match beach volley avec la complicité des enfants et les populations de Diokoul Kaw. La journée s’est terminée en beauté avec une vue magnifique de la plage.

Vivez les belles images !

Et pour terminer cette première édition de « Vac Climat », Un atelier introductif sur le réchauffement climatique et les techniques de plaidoyers a été organisé au siège de teranga lab. Une activité qui a été très interactive également et qui a vu la participation des dynamiques associatifs et des élèves engagés à porter le plaidoyer de la Justice Climatique.

Ces images en disent plus et le reportage que vous trouverez dans cet audio.

 

Dans l’ensemble, téranga lab a réussi la première édition de « Vac Climat » grâce à la participation massive de tous les acteurs impliqués dans cette initiative qui ne vise que de rendre meilleur notre environnement  par la sensibilisation.

Cette sensibilisation est la clé essentielle pour renforcer le plaidoyer pour une justice climatique équitable !

Teranga Lab dans sa mission de protecteur de l’environnement, ambitionne de pérenniser « Vac Climat » afin d’obtenir le maximum de plaidoyers autour des questions environnementales.

 

 

 

 

 

 

 

06Sep

L’heure de s’engager !

Pour montrer son engagement et son implication sur les questions  environnementales, Teranga Lab, la fabrique citoyenne et écologique initie la première édition de  son activité: « Vacances Climat »

Vac’Climat » est une activité de vacances qui se veut une réponse audacieuse à l’un des plus grands défis de notre époque : le changement climatique.
Cette université d’été a été spécialement dédie aux jeunes qui souhaitent devenir des acteurs du changement environnemental et s’engager activement dans la construction d’un avenir plus durable.
Au programme :
Samedi 9 septembre 2023
9h-13H
• Bootcamp sur la pollution plastique et la gestion des déchets au Terrain Ndiayene :
Cette activité a pour objectif de doter les jeunes de compétences nécessaires pour contribuer positivement au développement des métiers verts à Rufisque et à la réduction de la pollution plastique. Elle se fera en partenariat avec l’ONG Greenpeace Sénégal qui se chargera de l’animation.

Dimanche 10 septembre 2023 à partir de 9h
•Activité de terrain “Run écologique” sur la plage de Diokoul
En partenariat avec les associations de jeunesse , le run écologique se déroulera comme suit:
-Nettoyage de la plage de Diokoul suivi d’un match beach volley et d’une séance de causerie avec les jeunes pour les sensibiliser davantage sur la nécessité de protéger notre environnement.
Les déchets récupérés serviront à construire des bancs et des pavés écologiques dans la localité des vainqueurs du match et dans un espace public à Rufisque.
Lundi 11 septembre 2023
9H -13h
• Atelier introductif  sur le changement climatique et sur les techniques de plaidoyer en ligne:
Cet atelier axé sur les enjeux et défis liés au changement climatique sera  animé par l’équipe de Teranga Lab. Cette session comportera des activités interactives avec les jeunes pour les aider à mieux comprendre les enjeux liés au changement climatique et les outiller sur les techniques de plaidoyer en ligne et l’élaboration de messages de campagne.

31Août

Nous vous présentons une opportunité exceptionnelle de formation gratuite. Le programme L.I.F.E. (Learning, Innovation, Future, Entrepreneurship) a été conçu pour les jeunes âgés entre 14 et 28 ans. Saisissez cette occasion en remplissant ce formulaire: https://t.co/mlDHP31Pm6

30Août

Le vendredi 25 août 2023 a marqué un moment crucial dans la sensibilisation au changement climatique avec la tenue de la cérémonie de remise des prix du concours de création de contenus sur l’environnement organisé par Teranga Lab. 

Cette initiative, qui s’inscrit dans le cadre du projet Climate Média Collaborative entamé il y a une année de cela, a réuni des esprits créatifs et engagés pour mettre en lumière les réalités du changement climatique et ses impacts sur les communautés vulnérables de la petite côte sénégalaise.

Le concours a offert une plateforme unique aux journalistes qui se sont efforcés de donner une voix à ceux dont les vies sont directement affectées par les conséquences dévastatrices des altérations environnementales. Sur les neuf finalistes en compétition, trois se sont distingués par la qualité exceptionnelle de leurs créations et ont été dignement récompensés.

Le lauréat du premier prix, le journaliste Almamy Sané, a captivé le jury avec son documentaire poignant sur l’avancée inexorable de la mer dans le village de Mbao. Ce récit visuel a réussi à saisir l’urgence et la gravité de la situation, mettant en lumière les défis auxquels les habitants de ce village côtier sont confrontés au quotidien. Le deuxième prix a été attribué à Pape Ibrahima Ndiaye, journaliste à la ITV, pour son reportage engagé sur les activités économiques essentielles des mangroves et leur lien indissociable avec les femmes locales. Enfin, le troisième prix a été mérité par la journaliste Ndeye Marieme Diagne, récompensée pour son reportage radio poignant, qui a dévoilé la tragédie silencieuse de la disparition du patrimoine architectural de Rufisque, conséquence directe de l’avancée implacable de la mer.

Le premier prix du concours est reçu par Moussa Mané, représentant de Almamy Mamadou Lamine Sané, des mains du premier adjoint au maire de la ville de Rufisque, Assane Diop. Son reportage à découvrir !
Pape Ibrahima Ndiaye, journaliste à la ITV, reçoit le deuxième prix du concours. Son reportage à découvrir!
Ndeye Marième Diagne a reçu le troisième prix du concours des mains de Thaddée Seck, juriste spécialiste en droit de l’environnement. Son reportage à découvrir !

Ces créations remarquables ne sont pas seulement des témoignages du pouvoir du journalisme environnemental, mais elles ont également illustré la nécessité de préserver et d’encourager ce type d’initiatives. Le journalisme environnemental ne se contente pas de documenter les réalités actuelles ; il joue un rôle crucial dans l’éducation, la mobilisation et le plaidoyer en faveur d’actions durables. Il offre une perspective humaine aux enjeux complexes du changement climatique, aidant ainsi le grand public à se connecter émotionnellement aux problèmes environnementaux.

Pérenniser ce concours est plus que jamais essentiel. 

En honorant et en récompensant les journalistes et les conteurs qui consacrent leur temps et leur énergie à raconter les histoires de communautés touchées par le changement climatique, nous continuons à stimuler la prise de conscience et à susciter des actions concrètes. De plus, ce concours offre une plateforme pour explorer de nouvelles formes de narration et d’expression créative, contribuant ainsi à diversifier les perspectives et à encourager l’innovation dans le domaine du journalisme environnemental.

La cérémonie de remise des prix du concours a été bien plus qu’une simple célébration des vainqueurs ; elle a symbolisé un engagement profond envers la sensibilisation, l’action et la préservation des voix des communautés les plus touchées par le changement climatique. La nécessité de perpétuer ce concours devient impérative pour renforcer le journalisme environnemental, donner une voix aux sans-voix et inspirer un avenir plus durable.

17Juil

Le phénomène de l’émigration clandestine des jeunes africains est profondément lié aux impacts du réchauffement climatique, créant une toile complexe de vulnérabilités pour les populations touchées. Les statistiques officielles témoignent de cette réalité inquiétante.

Selon le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les effets du réchauffement climatique en Afrique subsaharienne sont déjà visibles et ont des conséquences dévastatrices sur les moyens de subsistance des communautés. Les sécheresses prolongées, les inondations fréquentes, les tempêtes plus intenses et les variations des régimes de pluie ont un impact direct sur l’agriculture, l’accès à l’eau potable, la sécurité alimentaire et l’économie locale.

Ces changements climatiques exacerbent les conditions socio-économiques précaires dans de nombreuses régions d’Afrique, en particulier celles touchées par la pauvreté, l’insécurité alimentaire et les conflits. Les jeunes africains se retrouvent confrontés à des perspectives d’avenir limitées, avec des opportunités économiques réduites et un accès limité à l’éducation, à la santé et à d’autres services de base. Dans ce contexte, l’émigration clandestine apparaît souvent comme le dernier recours pour échapper à la pauvreté et aux conditions de vie précaires.

Les statistiques officielles révèlent la vulnérabilité des populations touchées par ces phénomènes. Selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), près de 80 % des personnes déplacées en Afrique sont contraintes de se déplacer en raison de facteurs environnementaux, notamment le changement climatique. Ces déplacements internes et externes, souvent dangereux et clandestins, reflètent la quête désespérée d’un avenir meilleur et plus sûr.

Les jeunes africains sont particulièrement touchés par cette réalité. Les statistiques de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) indiquent que près de 35 % des migrants africains en situation irrégulière sont âgés de 18 à 24 ans. Ils se retrouvent souvent confrontés à des voyages périlleux à travers le désert et la mer, exposés à des risques majeurs pour leur sécurité et leur vie. L’émigration clandestine devient ainsi un phénomène complexe et multifactoriel, où les conséquences du changement climatique s’entremêlent avec d’autres facteurs économiques, politiques et sociaux.

Face à ces réalités alarmantes, il est impératif de prendre des mesures concrètes pour répondre aux impacts du réchauffement climatique et à ses conséquences sur les populations vulnérables. Cela nécessite une approche globale, impliquant des politiques climatiques ambitieuses, la promotion d’une transition énergétique durable, l’investissement dans l’adaptation et la résilience des communautés, ainsi que la création d’opportunités économiques et d’emplois décents pour les jeunes.

Il est également essentiel de renforcer la coopération internationale pour soutenir les pays africains dans leur lutte contre les changements climatiques et pour faire face aux conséquences de l’émigration clandestine. Cela passe par un soutien financier et technique accru, le partage de connaissances et de bonnes pratiques, ainsi que la promotion d’un dialogue ouvert et inclusif entre tous les acteurs concernés.

En soulignant les liens de causalité entre l’émigration clandestine des jeunes africains et les impacts du réchauffement climatique, nous mettons en évidence l’urgence d’une action collective. Il est de notre responsabilité commune de protéger les populations vulnérables, de promouvoir une justice climatique et de construire un avenir plus sûr, plus résilient et plus durable pour tous.

Mouhamed Lamine Seck, responsable de la recherche à Teranga Lab et militant écologiste sénégalais

16Juin

Situation politique au Sénégal et les enjeux écologiques sous-jacents

Chers partenaires

Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation politique actuelle au Sénégal, marquée par la violation des droits de l’homme et l’omniprésence du débat politique et judiciaire, qui ont malheureusement masqué et rendu inaudibles les véritables enjeux écologiques et environnementaux. Cette situation est préoccupante car elle détourne l’attention du public et des décideurs politiques des défis cruciaux auxquels notre pays est confronté en matière de durabilité et de préservation de l’environnement.

En effet, récemment, nous avons été témoins de la célébration de deux événements mondiaux importants, à savoir la Journée mondiale de l’environnement et la Journée mondiale des océans, qui sont malheureusement passés inaperçus dans notre pays. Ces occasions offraient pourtant une plateforme idéale pour sensibiliser la population aux défis écologiques auxquels nous faisons face et pour encourager des actions concrètes en faveur de la protection de notre environnement.

En tant qu’entité de la société civile, nous avons la responsabilité de veiller à ce que les enjeux environnementaux ne soient pas relégués au second plan. Notre mission est de promouvoir le développement durable, l’innovation sociale et la préservation de notre patrimoine naturel. Face à la prévalence du débat politique et aux violations des droits de l’homme, nous devons redoubler d’efforts pour rappeler à tous les acteurs politiques, à la société civile et au grand public l’urgence de prendre des mesures en faveur de l’environnement.

Pour ce faire, nous proposons les actions suivantes :

  1. Sensibilisation accrue : Organiser des campagnes de sensibilisation qui mettent en lumière les enjeux environnementaux majeurs auxquels notre pays est confronté, en utilisant des canaux de communication variés tels que les médias, les réseaux sociaux, les conférences et les manifestations publiques.
  2. Plaidoyer politique : Engager un dialogue constructif avec les décideurs politiques afin de les sensibiliser aux problèmes environnementaux et de promouvoir l’intégration de politiques et de mesures efficaces pour la protection de l’environnement dans leur programme politique.
  3. Renforcement des partenariats : Collaborer avec d’autres organisations et institutions locales, régionales et internationales œuvrant dans le domaine de la protection de l’environnement, afin de renforcer nos actions et de bénéficier d’une plus grande visibilité.
  4. Éducation environnementale : Mettre en place des programmes d’éducation environnementale dans les écoles, les universités et les communautés locales, afin de sensibiliser et de former les jeunes générations à l’importance de la protection de l’environnement.

En travaillant ensemble et en mettant l’accent sur les enjeux environnementaux, nous pouvons contribuer à changer le récit politique actuel et placer la durabilité et la protection de l’environnement au cœur des politiques de développement.

07Juin

Teranga Lab a tenu son deuxième numéro du Débat Citoyen le Samedi 27 mai 2023, dans  son espace associatif. Le thème cette rencontre: « Le rôle des médias sociaux dans la construction du débat public ». Emmanuel Diokh, juriste spécialiste du droit numérique et George Lamine Diop, blogueur et digital manager,  ont abordé dans ce deuxième numéro des sujets importants sur plusieurs angles. Cette rencontre a également été inclusive avec la participation importante du public.

Regardez  l’intégralité du débat

12Mai

Le débat Citoyen est une rencontre conversationnelle qui a lieu une fois par mois dans l’espace associatif de teranga lab. La première thématique abordée dans le cadre du débat citoyen est la coopération internationale qui est un instrument de développement pour nos territoires. Pour parler de cette thématique, Teranga Lab a eu le plaisir de recevoir, M. Alassane Guissé, adjoint au maire à la ville de Nantes.

Alexandre Gubert Lette, responsable de la structure, s’est entretenu avec M. Alassane Guissé sur la collaboration qui existe entre la ville de Nantes et celle de Rufisque.
Cette collaboration a duré 30 ans et continue jusqu’à nos jours: elle s’est soldée par des réalisations assez importantes.

M. Guissé, au début de ses propos, nous a expliqué le contexte historique de la coopération entre la ville de Nantes et celle de Rufisque. Une coopération qui date de plus de 30 ans et impulsée par M. Mbaye Jacque Diop, ancien maire de Rufisque.
Cette collaboration prend en compte l’éducation, la santé, le social, la politique, la culture entre autres.

L’intégralité de l’enregistrement du premier numéro du Débat citoyen est ici :